Carnet de route

Sur la route de Bostan

Le 13/03/2016 par Alexandre FREISMUTH

Pour cette sortie sous le Soleil, nous sommes huit adhérents cafiste venus se changer les idées. Après s'être garés sur un parking envahi de voitures, nous entamons nos aventures sur la route de Bostan. Nous restons plus ou moins groupés au c½ur de la vaste forêt de sapins qui jalonne la première partie de notre parcours. Puis celle-ci laisse place à de vastes pâturages enneigés, encadrés par de vaillants sommets d'où naissent des falaises abruptes. La géographie des lieux ne laisse pas passer, à cette heure, le chaud Soleil, contrairement à un vent glacial qui nous saisit. De ce fait la tête de course accélère pour se réchauffer, et le groupe se disloque. Le regroupement aura lieu au refuge de Bostan, marquant la limite ombre et Soleil. Dès lors, une fois n'est pas coutume, le CAF ne marchera pas en rang, chacun avançant à son rythme. Je saisis donc l'occasion pour vous présenter un à un les membres de cette expédition. Devant moi à la tête de la course, je peux presque toucher Jean-Claude, qui s'envole vers la tête de Bostan, sans un regard sur le reste de son troupeau. Si je me retourne je vois trois valeureux qui s'encouragent bruyamment : Lionel, un étranger venant régulièrement aux sorties CAF pour s'intégrer, Pascale qui aujourd'hui est venue remettre les pendules à l'heure (voir la sortie « A l'assaut de la Grande Berte ») , et Yann un compagnon un peu plus sympathique que son métier. Monique, notre trésor de trésorière suit un peu plus loin, l'esprit ailleurs. A l'horizon, on entend plus que l'on aperçoit, Alain, notre facétieux président. Il est suivi par Rolande, tortue de la fable, dure au mal, qui atteindra son objectif, malgré la fatigue d'une longue sortie la veille.

 

Arrivés à notre destination, nous passons de longues minutes à nous photographier, chacun prenant la pose dans les positions les plus saugrenues. Vous ne verrez d'ailleurs pas ces clichés, qui auront été naturellement censurés pas le doigt baladeur de Yann, venu se loger devant l'objectif. Nous pic-niquerons un peu plus bas, au Soleil, face aux majestueuses dents blanches que nous embrassons du regard. C'est d'ailleurs pendant ce repas je pense, qu'Alain attrapa un coup de chaud. Il commença à héler un à un les nombreux randonneurs qui passaient, puis lorsque nous descendîmes, il nous gratifia de paroles obscures, aussi savoureuses que la qualité de la neige que la montagne nous offrit : « Quand ça descend, ça remonte ! ». Je vous invite à, lui demander des explications aux permanences du jeudi, si comme moi, vous n'avez pas compris.

 

La journée se termina dans le magnifique village de Samoens, autour de breuvages plus ou moins alcoolisés. Ce fut l'occasion pour Lionel de poursuivre son intégration, en nous offrant généreusement de délicieux churros, que nous dégustâmes devant le tilleul pluri centenaire, enraciné au c½ur de la place. Un groupe de plus de Cafiste que celui-ci aura vu passer : il a le temps, nous avons l'espace...







CLUB ALPIN FRANCAIS SALLANCHES
201 RUE ST JOSEPH
74700  SALLANCHES
Contactez-nous
Tél. 201 Rue St Joseph 74700 SALLANCHES
Permanences :
jeudi 20:30-22:00