Carnet de route

Tête Blanche et Petite Fourche

Le 04/07/2016 par cedric IRATCABAL

Rendez-vous jeudi soir pour fixer les derniers préparatifs, récupérer le matériel nécessaire, observer la voie que l'on va emprunter, discuter avec les organisateurs et échanger quelques mots avec des personnes qui ne sont, pour le moment, que des visages inconnus.

Ça y est, la toute première sortie Alpinisme se profile pour Marion et moi.
Après avoir fait et refait mainte fois le sac, c'est l'heure de se reposer. Le rendez -vous au Rosay à 5h45 le lendemain constituera la première épreuve du week-end !
Tout le groupe se retrouve, avec des yeux plus ou moins ouvert, mais la bonne humeur est déjà palpable.
On se dispache dans les deux carrosses de Mike et de JC, et là la seconde épreuve commence pour les estomacs fragiles avec les lacets innombrables qui nous mènent du côté de Champex, en Suisse ou plutôt sur Suisse.

Tout le monde arrive à bon port sur le parking du téléphérique qui nous permet d'écourter la marche d'approche.
Une bonne grosse averse digne des orages basques commence à tomber ... et là je me rends compte que le pauvre sur-sac fournit avec mon sac ne sert plus à grand-chose vu tout le barda qui est accroché au-dessus du sac ...
Système D avec un bon vieux sac poubelle donné par les remontées, c'est pas le dernier modèle high tec' du vieux camp' mais il me sauve mon we !
Cette fois c'est partie. Ben et Catherine prennent le premier télésiège (des sourires doivent se dessiner sur les visages de ceux qui étaient présents ..  ).
Ils s'assoient tous les deux dans leur petit deux places cosy avec leur sac sur les genoux et baissent la barrière de protection. Au fur et à mesure qu'ils avancent sur la plateforme, le repose pied commence à se rapprocher du sol jusqu'à le toucher et ripper dessus faisant basculer le télésiège vers l'avant. Ils finissent par sortir de la plateforme, suivi gentiment par l'ensemble des tapis caoutchouc anti-dérapant accroché derrière eux ... Haha ( Ne me lapidez pas à la prochaine sortie  Ben et Catherine J )
Grand moment pour tout le monde, sauf pour celle des remontées qui doit en avoir marre des français qui savent pas lire les panneaux. Y'en avait juste 5 et on était que 10 paires d'yeux pour les voir, faut pas trop nous en demander !

On attaque la suite de la marche d'approche, direction le refuge d'Orny.
La météo est vraiment pourrie, avec des averses régulières, un bas fond épais occultant le paysage ..
Premier encordement, je me retrouve avec JC qui assure comme un chef ( jeux de mot douteux )et qui m'apprend les techniques de base d'encordement. On avait déjà eu l'occasion de pas mal discuter dans la montée, je suis content de me retrouver avec lui-même si c'est moins pratique pour discuter à 15 mètres de distance (pipelette s'abstenir d'alpinisme).

On aperçoit Orny, Mike décide de nous (marion et moi) prendre à part pour nous (re)montrer des techniques d'école de neige. On doit rapidement rejoindre Orny vu l'averse qui redouble.
Après avoir séché autours de thé pour certains, de cacahuètes et autres fruits secs pour les autres, on se remet en route direction la cabane de Trient où on passera la nuit.

On y arrive tranquillement sans encombre, premier 3000 pour les deux nouveaux de la cordée, ça fait vraiment plaisir, petit check collectif et on file s'abriter, cette fois, définitivement.
On prend nos places dans le dortoir, puis Mike décide d'aller nous montrer les manip' de corde dans un endroit abrité vu la météo extérieure ..
On finit par se retrouver à six dans le petit local à bois du Refuge. Au moment où on se rend compte qu'on est trois gars et trois filles attachés les uns aux autres à une poignée de porte pour le mouflage, on rigole à l'idée que quelqu'un puisse nous trouver là .. Jusqu'à ce que la porte s'ouvre ... c'est juste Marie-Pierre qui cherche la pipi-room haha, la réputation du caf Sallanches est sauve.

On finit par se rassembler tous autours de la table en attendant le repas du soir comme un enfant attend son cadeau au pied du sapin à Noël.
Faut dire que ça consomme de marcher, de discuter et de rire !
On se retrouve donc tous les dix à table, à échanger ensemble, le repas, nos histoires et nos expériences. Un super moment !

Au dodo comme les poules, demain réveil à 4 h.
4 h, quoi, déjà 4 h ?!
Je lève la tête de la couette, c'est le branle-bas de combat dans les lits d'en face. Je vois Marie-Pierre survoltée en train de déjà plier sa couette. Ben, Karen et Mike s'activent aussi.
En tournant la tête, je vois que Myriam est dans la même détresse, il est 4h01 .. Il est ou le 1/4 d'heure réglementaire de surplus ??  
Allez zou, gros petit déjeuner, quelques péripéties avec le piolet fugueur de Karen et on sort du refuge.
La journée de la veille est bien loin derrière. Il fait encore nuit mais le ciel est magnifique, ça promet d'être une grande journée.
Au fur et à mesure qu'on avance sur le glacier, le soleil se lève. Je ne sais pas si c'est la différence avec la journée précédente mais c'est particulièrement grandiose la vue que l'on a à 360 ° depuis le glacier de Trient.
On commence par attaquer la Tête Blanche, progression en mixte. C'est assez surprenant de marcher avec des crampons sur la roche. On s'y fait assez vite au final et c'est dingue l'adhérence que ça à, on pourrait grimper à un arbre avec ces crampons !!
On arrive au sommet de tête blanche et les chefs de cordées décident d'aller en direction de la petite fourche.
Forcément ils prennent l'itinéraire le plus compliqué, niquel pour apprendre à progresser sur différents terrains.
Petite pause nippone là-haut, on dégaine les appareils photos pour prendre chaque cordées et on redescend jusqu'au refuge d'Orny où on partage notre dernier casse-croute du week-end.
La marche d'approche obstruée de la veille n'a plus rien à voir. Le panorama est magnifique. Même si l'altitude diminue, la beauté des paysages est égale à celle de là-haut !
Pas de blague cette fois au téléphérique, on redescend tranquillement jusqu'au voiture.
Petite halte pour partager un dernier moment autour d'un verre au Buet et « débriefer » du week-end.

De supers souvenirs pour une première sortie, on pouvait difficilement faire mieux, la météo du jour J, le groupe, les encadrants, toutes les conditions étaient réunies !
Vivement la prochaine sortie !! 

Merci Mike et JC pour l'organisation de la sortie ! Mike pour les techniques partagées et le nom des montagnes (que l'on va surement te redemander au moins 20 fois encore J ) et Jc d'avoir assuré notre cordée avec Myriam et pour tous les petits trucs et astuces partagés tout au long du we !

Mais surtout, merci à tout le groupe pour cette super bonne humeur tout au long du we !!
Anne-Claire, Ben, Karen, Marie-Pierre, Myriam, Catherine, Marion, Jc et Mike !
Vivement la prochaine !!







CLUB ALPIN FRANCAIS SALLANCHES
201 RUE ST JOSEPH
74700  SALLANCHES
Contactez-nous
Tél. 201 Rue St Joseph 74700 SALLANCHES
Permanences :
jeudi 20:30-22:00
Agenda